Skip to main content

Ce mois-ci, nous vous proposons de lire un extrait du livre "Les Mystères de la Vie", publié par la Diffusion Rosicrucienne.

LES MYSTÈRES DE LA VIE

Tout être humain aspire au bonheur. Cette aspiration est innée en lui et l’incite à vivre et même à survivre, et ce, en dépit des difficultés, des vicissitudes et des épreuves de l’existence. Vous noterez d’ailleurs que depuis son apparition sur terre, l’homme a toujours éprouvé le besoin d’améliorer ses conditions de vie et d’œuvrer à son bien-être. Quoi qu’il en soit, nous ne sommes pas destinés à être malheureux et à souffrir, mais au contraire à être heureux et à nous sentir bien sur tous les plans.

La quête du bonheur

Si les conceptions du bonheur sont nombreuses et varient d’une personne à l’autre, chacun s’accorde à dire qu’il existe néanmoins des conditions qui le favorisent : être en bonne santé, disposer d’un certain confort matériel, avoir suffisamment d’argent (du moins dans les sociétés “modernes”), aimer et être aimé, exercer une profession qui plaît, avoir une passion, se sentir utile aux autres, avoir des projets, etc., sont autant de conditions qui contribuent à rendre heureux. Il est à noter que leur ordre de priorité varie d’un individu à l’autre, car chacun diffère par sa personnalité, son caractère, son tempérament et l’idée qu’il se fait de la vie en général. Par ailleurs, nous évoluons avec le temps, de sorte que ce qui semblait essentiel à notre bonheur à un moment donné peut devenir secondaire par la suite.

Comme chacun sait, de nombreuses personnes réunissent les conditions précitées et pourtant ne sont pas vraiment heureuses ; il en est même qui éprouvent un mal-être si grand qu’elles en viennent à mettre fin à leurs jours. Sans aller jusqu’à cet extrême, on constate que la « joie de vivre » fait défaut à beaucoup d’individus, et ce, dans tous les milieux sociaux. S’il en est ainsi, c’est parce que la société conditionne les gens à rechercher le bonheur presque exclusivement dans les possessions matérielles et la satisfaction des plaisirs physiques, parfois jusqu’au paroxysme. Ce faisant, de plus en plus de personnes en viennent à négliger une quête tout aussi essentielle si ce n’est plus : la quête de sens, ce qui finit par créer en elles un grand vide existentiel.

(…) Fin de l'extrait